Fichier 3 ACTUALITÉS GROUPAMA FORÊTS ASSURANCES

Il y a 70 ans, le "grand incendie" causait de tragiques pertes humaines et forestières

Le drame survenu en août 1949 demeure inégalé à ce jour.

Un été caniculaire et sans précipitations. En juillet, de multiples incendies, toujours circonscrits, se déclarent dans les Landes, le Lot-et-Garonne et la Gironde. Des milliers d’hectares partent en fumée, dont 6.000 à Luxey (Landes). Le 19 août, un nouvel incendie éclate en Gironde, à Saucats, au lieu-dit du Murat, non loin de Bordeaux. Sur un front de huit kilomètres, le feu avance de treize kilomètres. A Bordeaux, en plein jour, on allume les réverbères. Le front de l'incendie atteint Le Barp, Salles, Mios, Marcheprime, détruit 200.000 hectares de Landes girondines, ravage 152 fermes, maisons et scieries. Il fait 83 victimes, dont 29 à Canéjan, dans la périphérie de Bordeaux. L'incendie est déclaré circonscrit le 24 août à 7h du matin. La France décrète le 24 août 1949 jour de deuil national.

Créée le 3 mars 1947 une caisse locale au sein de la Caisse des Mutuelles Agricoles de Gironde nommée Mutuelle Incendie des Sylviculteurs du Sud-Ouest (MISSO, aujourd'hui nommée Groupama Forêts Assurances) a pour mission d'encourager le retour des investissements en forêt après les grands incendies de la guerre et de l’après-guerre. C'est dans ce contexte que survient le tragique incendie de 1949. C’est dire si le début d’activité de la MISSO a été difficile. Pourtant elle a surmonté cette épreuve comme elle a surmonté celle des deux tempêtes Lothar et Martin de 1999. La période sombre des grands incendies prend fin grâce aux progrès de la Défense des Forêts contre l’Incendie (DFCI) et l’essor d’une sylviculture moderne qui exige un entretien régulier des sous-bois. Pour autant la vigilance reste de mise notamment à cause des interfaces entre forêt et zones urbanisées qui ne cessent de croître.

Crédit photo AdobeStock_199370851_Brais Seara