Fichier 3   70 ans d'histoire

Une initiative de forestiers de Gascogne

C’est le 3 mars 1947 qu’est créée une caisse locale au sein de la Caisse des Mutuelles Agricoles de Gironde nommée Mutuelle Incendie des Sylviculteurs du Sud-Ouest (MISSO) pour encourager le retour des investissements en forêt après les grands incendies de la guerre et de l’après-guerre. Mais la forêt landaise brûle longtemps encore et l’année 1949 reste gravée dans les mémoires (200 000 hectares ravagés par les flammes, 82 morts en Gironde le 20 août 1949). Cette période sombre prend fin grâce aux progrès de la Défense des Forêts contre l’Incendie (DFCI) et l’essor d’une sylviculture moderne qui exige un entretien régulier des sous-bois.

En 1966, la MISSO est transformée en une Caisse Régionale indépendante bénéficiant d’un contrat de réassurance avec la Caisse Centrale et des Caisses Locales sont créées.

Une visibilité nationale

À partir de 1984, l’intérêt des institutionnels pour la forêt provoque un afflux de nouveaux sociétaires avec de grosses surfaces à assurer en incendie comme en tempête, ce qui donne à la MISSO une visibilité nationale. Durant cette période, beaucoup de tempêtes majeures (en 1982, 1984, 1987 et 1990) sont indemnisées au titre du mécanisme des « catastrophes naturelles ».
La tempête de février 1990 qui fauche 100 millions de m³ de bois dans le Nord de la France, le Benelux et le Sud de l’Allemagne est la dernière traitée au titre des catastrophes naturelles. Pour préserver les comptes du système Cat Nat, le législateur français en exclut alors les effets du vent sur les forêts, ce qui accroît le risque pour un assureur spécialisé comme la MISSO.

L'expérience de deux tempêtes exceptionnelles

En 1995, le contrat Groupama Forêts est créé et la tarification est profondément revue à partir de la notion de base de valeur forfaitaire garantie. Deux tempêtes (Lothar et Martin) frappent la France en décembre 1999 à 36 heures d’intervalle, les 26 et 27, au travers des deux diagonales les plus boisées, renversant 140 Mm³. Cet évènement exceptionnel coûte 65 M€ à la MISSO soit 100 années de cotisations « tempête ». La poursuite de l’activité n’est rendue possible que grâce à une grande prudence dans la gestion des actifs et l’appui du groupe Groupama.

La MISSO révise alors ses hypothèses de sinistralité et adapte sa tarification juste avant qu’une nouvelle tempête de fréquence centennale ne frappe le Sud-Ouest de la France le 27 janvier 2009 : Klaus renverse 40 Mm³ et coûte 16 M€ à la MISSO qui démontre sa solidité retrouvée et la pertinence de son nouveau modèle.

À l’occasion de ses 70 ans la MISSO (Mutuelle initiée par les Sylviculteurs du Sud-Ouest) adopte une nouvelle dénomination commerciale : Groupama Forêts Assurances.